Bagnolet, le 26 juillet 2022

Lettre ouverte

 

Pour Sauver l’Îlot Pêche d’Or – Bergerie, aux Malassis, à Bagnolet, adressée à

 

Madame Elisabeth Borne

Première Ministre

 

Monsieur Christophe Béchu

Ministre délégué à la Transition écologique

et à la Cohésion des territoires

 

Monsieur Pap Ndiaye

Ministre de l’Éducation nationale

et de la Jeunesse

 

Copie à Monsieur Tony Di Martino

Maire de Bagnolet

 

Demande d’aide urgente pour la préservation du site de l’îlot Pêche d’Or – Bergerie, dans le quartier des Malassis, à Bagnolet, et pour la reconstruction de l’Ecole Pêche d’Or, avec la perspective d’un projet plus écologique de ferme-école, associant l’école maternelle publique et l’association Sors de terre.

 

 

Madame la première ministre, Messieurs les ministres,

 

Les 27 juin et 4 juillet 2022, l’association Sauvons l’Ilot Pêche d’Or Bergerie vous a écrit, afin de permettre à la municipalité de Bagnolet et à son maire d’abandonner, administrativement et financièrement, au profit d’un projet alternatif plus écologique, un projet de reconstruction d’une école, qui imposerait, entre autre, la destruction de dizaines d’arbres, la disparition d’un îlot de fraîcheur et l’artificialisation du sol de la bergerie des Malassis, gérée par l’association Sors de terre, présente depuis plus de 10 ans, dans le quartier, lieu exceptionnel en termes écologique, social, éducatif, culturel et artistique.

 

Depuis le 11 juillet, chaque matin, faisant suite à des années de mobilisation de la Bergerie des Malassis pour un projet plus respectueux de l’existant, des dizaines de citoyennes et citoyens du quartier et des environs, organisés en collectif, se mobilisent, pacifiquement, pour défendre cet endroit unique et patrimonial.

 

Ce lundi 25 juillet, un nouveau temps fort de mobilisation a été organisé, pour défendre ce site remarquable et le projet alternatif initié et porté par l’association Sors de terre. Ce temps fort a rassemblé plus d’une centaine de personnes et personnalités, dont Catherine Ringer, et a été ponctué par une conférence de presse, qui a donné lieu à des prises de parole des associations Sauvons l’îlot Pêche d’Or – Bergerie, Groupe National de Surveillance des Arbres, France Nature Environnement Idf, Mouvement National de Lutte pour l’Environnement, Environnement 93, et Enseignant.e.s Pour la Planète.

A l’issue de cette conférence de presse, les intervenantes et intervenants, au nom de leurs organisations respectives réunies, ont décidé de vous écrire cette lettre ouverte, afin de vous demander d’intervenir en faveur du quartier des Malassis, pour faire de ce projet de ferme-école pédagogique, un exemple modèle et vertueux de construction écologique et de préservation des îlots de fraîcheur et de nature en ville.

 

Comme une grande majorité d’habitantes et d’habitants du quartier, nous souhaitons, tout comme la municipalité, la construction d’un nouvel équipement éducatif et le maintien de la bergerie des Malassis de l’association Sors de terre.

Toutefois, le projet de construction adopté, en 2018, par la ville, prévoit de bâtir la nouvelle école sur un terrain occupé, arboré et fertilisé par la bergerie, alors que la nouvelle école pourrait être reconstruite, en grande partie, sur le sol déjà artificialisé de l’école existante, qui doit être démolie en raison de sa vétusté.

Notre ville de Bagnolet étant très endettée, la mairie a fait le choix d’un chantier-tiroir, pour économiser la construction d’une école provisoire complète, exposant ainsi, pendant deux ans, des enfants de maternelle et leur équipe éducative aux nuisances d’un chantier.

 

Par ailleurs, la crainte de devoir payer des pénalités et de retarder encore la livraison du nouvel équipement, dans une ville où la population augmente fortement, conduit nos élues et élus à défendre le projet adopté en 2018 – et inadapté, en 2022 – bien qu’il ne satisfasse, en réalité, plus personne.

 

Depuis huit ans, l’association Sors de terre et les habitantes et habitants défendent un autre projet. Depuis plus de deux ans, d’autres associations se mobilisent, pour sauver ce lieu et proposer une autre manière de construire cette nouvelle école, en utilisant moins de béton, et en évitant de couper des dizaines d’arbres et de faire disparaître cet îlot de fraîcheur et de nature en ville.

 

Le fonds de 500 millions d’euros, que vous avez choisi de mettre en place pour favoriser la renaturation des villes et la préservation des îlots de fraîcheur, en affichant la volonté d’agir sur le bâti scolaire pour favoriser la transition écologique, offre, à ce projet, une issue prometteuse pour tous, avec la possibilité de réaliser une construction exemplaire en matière de développement durable et de perspectives éducatives et pédagogiques. Avec votre aide, notre ville et son conseil municipal, la Région, l’Etat, pourraient, en outre, se féliciter d’avoir sauvé des arbres et une bergerie associative, associée à une école et à un quartier, tout en mettant en place, avec l’association historique, une construction moins émettrice en CO2, moins dangereuse pour le climat et en phase avec notre époque.

 

Pour cela, nous avons besoin de votre aide financière, technique, humaine et morale, pour soutenir nos élues et élus dans leur volonté de construire de manière écologique, en défendant l’intérêt des enfants et des habitantes et habitants d’un quartier. L’urgence sociale et climatique, à laquelle nous faisons tous face, le justifie. Nous voulons dépasser les clivages politiques, pour montrer que nous sommes capables, toutes et tous, de nous mobiliser pour l’intérêt commun, à long terme, et pour celui des enfants, en premier lieu.

 

Madame la première ministre, Mesdames et Messieurs les ministres, aidez-nous à sauver les arbres des Malassis, à protéger les enfants, des nuisances quotidiennes d’un chantier, pendant deux ans, à limiter nos impacts environnementaux, et à préserver un patrimoine humain, écologique, éducatif, associatif, social et culturel, tissé de longue date, précieux et inestimable.

 

Sabrina Heitzman, co-présidente de l’association Sauvons l’Ilot Pêche d’Or – Bergerie

Diane Granoux, pour Enseignant.e.s Pour la Planète

Christine Nédelec, vice-présidente de France Nature Environnement Île-de-France

Marie-Catherine Arrighi, co-présidente du Groupe National de Surveillance des Arbres

Vincent Liechti, Mouvement National de Lutte pour l’Environnement 93

Francis Redon, président de Environnement 93

Sov et FredX, pour Extinction Rebellion IDF

Jérémie Kiefer, pour le collectif citoyen du 11 juillet

et Catherine Ringer des Rita Mitsouko, voisine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.